Point of Review

Critiques de Séries TV.

25 juin 2011

Friday Night Light [5.11] : The March

fnl

"Des coupures budgétaires menacent East Dillon, et Tami va en Pennsylvanie pour une grosse opportunité.
Pendant que l'équipe se concentre sur les play-offs, Vince est une nouvelle fois responsable de son foyer."

 

Ca devient de plus en plus difficile pour moi d'écrire une review de Friday Night Lights. J'y suis presque, je vais devoir dire adieu à cette merveilleuse série. Même si je sais depuis longtemps que la fin est proche, je n'arrive pas à me faire à l'idée que je ne reverrai plus Dillon. C'est triste, mais toutes les bonnes choses ont une fin. Enfin bon, je n'y suis pas encore, et je prends mon temps. Une série pareille, ça se déguste. En regardant cet épisode, on sent que la fin est pour bientôt. Tout se met en place pour donner une excellente conclusion à la série, à commencer par les Lions qui gagnent. Ils enchaînent les victoires pour enfin arriver à cette finale du championnat. C'est l'objectif depuis le début de la saison, il est parfaitement rempli. Je n'ai jamais cru une seule seconde qu'ils n'arriveraient pas au bout. C'est tout de même dommage que tous ces matchs se succèdent aussi rapidement. Il reste deux épisodes, il y avait de la place pour s'attarder un peu plus là-dessus. Mais ce n'est pas grave, l'émotion est tout de même là, et c'est tout ce que je demande. Quand ils sont sur le terrain, quand ils décrochent leur place en finale à deux secondes de la fin, quand les joueurs s'échauffent devant la maison de Coach puis celle de Billy, quand l'équipe est acclamée par toute une ville à leur retour. Tout semble parfait et pourtant, l'avenir des Taylor est encore une fois incertain et un possible départ à la fin de la série est une fois de plus envisagé malgré les déclarations d'Eric dans l'épisode précédent. Et s'il était obligé de partir ? Le budget qui lui est alloué est fortement restreint, et Les Lions et les Panthers ne formeront plus qu'une équipe la saison prochaine. La survie de l'équipe d'Eric va être difficile. Parlant des Panthers, la petite référence à Smash m'a ravi. J'aurai préfré le voir revenir au moins le temps d'un épisode, mais c'est mieux que rien.
En plus de ça, le poste de Tami est aussi menacé et elle se voit proposer une offre d'emploi qui va lui être difficile de refuser. Passer de conseillère d'orientation à Doyenne des admissions dans une Université à Philadelphie, ce serait la consécration pour Tami. C'est une opportunité amplement méritée qui se présente à elle. J'imagine déjà Eric suivre sa femme, renonçant au football. La situation serait ansi pour une fois inversée, Tami ayant toujours suivi son mari.

Voir les matchs défiler rapidement n'est pas une mauvaise chose en soi. Le temps gagné permet de ne pas oublier les autres personnages, à l'instar de Tim. Récemment sorti de prison, il n'est plus le même. Le contraste avec l'ancien Tim est impressionnant. Quelque chose s'est cassé en lui, il va lui falloir remonter rapidement la pente. Un certain retour dans le prochain épisode pourrait ainsi l'aider. En attendant, personne n'y arrive. Ni Billy, ni Mindy. Il est difficile de choisir dans quel camp se positionner entre les deux frères lorsqu'ils se battent. Même en étant très attaché à Tim, l'évolution du personnage de Billy a été impressionante et on s'est donc aussi attaché à lui. Il est aujourd'hui rangé, menant tranquillement sa petite vie de père de famille. On ne peut pas lui reprocher grand chose. Si Becky a accepté cet emploi, c'est parce-qu'elle le voulait bien. On ne peut pas mettre ça sur la faute du pauvre Billy. Au final, le retour de Tim aura fait plus de mal que de bien. Sa relation avec son frère est des plus compliquée, la relation entre Luke et Becky est mise à mal, et cette dernière perd son emploi par sa faute. Quitter le domicile de Mindy et Billy pour s'isoler était la meilleure chose à faire pour l'instant, nous donnant ensuite l'une des meilleures scènes de l'épisode lorsqu'il est seul dans la caravane.

Vince a aussi pas mal de choses intéressantes à nous proposer dans cet épisode. Tout va bien côté football mais ce n'est pas aussi réussi dans sa vie de famille. Après tout le chemin parcouru avec sa mère, il doit maintenant faire face à la rechute de son père. Une rechute qui était attendue mais qui est efficace et traitée avec justesse. Je me suis plus inquiété pour la mère que pour le père. Ces problèmes auraient pu lui refaire perdre pied et rendre inutile tout le travail qui a été fait sur elle. Heureusement, elle prend les devants et fait ce qu'il faut pour que ça ne se produise pas, nous offrant ainsi une scène finale riche en émotions.

Encore une fois, on nous propose un épisode parfait. A deux épisodes de la fin, on ne pouvait pas espérer mieux. La fin de la série s'annonce émotionnellement intense.


23 juin 2011

The Nine Lives of Chloe King [Pilot]

TNLCK

Après une chute mortelle, Chloe King, une adolescente de 16 ans, se réveille dotée de super pouvoirs. Poursuivie, Chloe découvre qu'elle est la descendante d’une ancienne lignée pourchassée par des assassins depuis des millénaires. Elle pourrait bien être leur ultime espoir de survie.


ABC Family lançait la semaine dernière cette nouvelle série, basée sur les livres du même nom (que je n'ai pas lus et que je ne lirai pas) et qui met en scène la jeune Chloe, adolescente qui se découvre quelques pouvoirs le jour de son seizième anniversaire. Jusqu'ici, rien de bien original. On nous sort un sujet vu et revu je ne sais combien de fois et pourtant sur moi, ça marche. Il est plutôt efficace ce pilot. Durant son dernier quart d'heure en tout cas parce-qu'il faut avouer que les 25 premières minutes étaient assez ennuyantes et n'annonçaient rien de très prometteur. Mais puisque c'est un pilot, on dira que ce n'est pas grave. Il faut bien que les scénaristes prennent le temps de nous présenter les divers personnages... Qui n'ont rien d'original non plus. On retrouve les personnages qu'on trouve dans presque tous les teen show, à savoir la meilleure amie un peu fofolle, le meilleur ami, et le sportif beau gosse du lycée. On en sait finalement peu sur eux mais je peux déjà dire que la meilleure amie, même si elle m'a fait rire, risque de vite devenir difficile à supporter.

Les moments les plus intéressants de ce pilot sont sans aucun doute ceux où Chloe découvre petit à petit ses pouvoirs, et lorsqu'on découvre qui elle est réellement. Heureusement qu'on en découvre un peu durant la première partie de l'épisode d'ailleurs, parce-que la seule chose qui lui importait à Chloe, c'était quand même d'embrasser un garçon. Alors c'est sûrement important pour elle mais c'est le genre de chose qui peut vite faire fuir le téléspectateur si on s'y attarde trop, ce qui était un peu le cas ici. J'ai même trouvé ça très ridicule au départ, avec des dialogues pas très recherchés. Chloé découvre vite qu'elle ne laisse plus les garçons indifférents. L'un d'entre eux, celui qu'elle a embrassé, en paiera le prix. Finalement, cette histoire de baiser n'était pas inutile, nous permettant d'en découvrir un peu sur le genre de relation que peuvent entretenir les personnes de son espèce avec les humains. Sa probable relation avec Brian s'annonce déjà difficile, mais intéressante.

Chloe est donc une Mai, et pas n'importe laquelle. Elle est l'élue (décidément, tout est fait pour me faire penser à Buffy), a 9 vies, et est poursuivie par un groupe bien décidé à l'éliminer. Bref, sa vie change du tout au tout mais ce n'est pas grave puisqu'elle n'a pas l'air très choquée et s'adapte vite à la situation. En gros, rien d'exceptionnel dans le concept avec les gentils d'un côté et les méchants de l'autre, mais la mythologie qui a commencé à être explorée dans ce pilot arrive à susciter un minimum d'intérêt et donner envie de revenir pour la suite.

The Nine Lives of Chloe King s'annonce plus réussie qu'elle n'en avait l'air. Cet épisode est très sympathique malgré ses défauts, un guilty pleasure de plus pour l'été.

19 juin 2011

Glee [2.15 & 2.16] : Sexy | Original Song

glee

"Will Schuester s'aperçoit que les membres du Glee Club n'y connaissent rien en matière de sexe. Holly Holiday, en remplacement à McKinley, va les aider.
Avec l'entrainement d'Aural Intensity par Sue Sylvester, la dynamique set-list de Blaine et des Warblers, ainsi que les juges sévères Tammy Jean Albertson et Soeur Mary Constance, les jeunes de New Directions décident que la seule manière de gagner aux Regionals est d’écrire et exécuter leurs propres chansons originales."


Ca fait du bien de faire une pause dans Glee. J'en étais arrivé à un stade où je me forçais à regarder les épisodes et donc forcément, je n'y prenais plus aucun plaisir, regardant toutes les deux minutes combien de temps il restait avant la fin de l'épisode. L'envie de reprendre la série est enfin revenue, et je les ai trouvés bien sympas ces deux épisodes. Gwyneth Paltrow est de retour le temps de 40 minutes pour nous parler de sexe. Si le thème du sexe n'a toujours pas été traité comme je l'aimerai, le capital sympathie de l'épisode doit beaucoup à la présence du personnage de Holly Holiday, toujours au top comme elle nous l'avait déjà montré lors de son apparition dans The Substitute il y a quelques mois. Elle nous prouve encore une fois que, outre ses talents d'actrice qui ne sont plus à démontrer, elle est aussi assez talentueuse pour la chanson. Sa reprise de "Do You Wanna Touch Me" était très bonne, et son duo avec Will sur une version tango de "Kiss" n'était pas aussi mauvaise que ce à quoi je m'attendais, au contraire. L'autre point fort est à mettre sur le compte de Santana qui était très touchante. Naya Rivera a brillament interprété la scène dans laquelle elle avoue ses sentiments à Brittany, en dégageant beaucoup d'émotions. J'espère que cette histoire ne sera pas vite oubliée et sera traitée sur la durée. Concernant Puck et Lauren, je commence à plutôt bien apprécier leur couple. Le duo fonctionne bien et ils m'ont fait rire avec cette histoire de sextape. Avec Emma par contre, y a rien à faire, j'ai toujours autant de mal. J'ai beau apprécier l'actrice, son personnage me soûle. Et je crains le pire arriver. On nous ressort le triangle amoureux avec Carl et Will, j'ai bien peur qu'on finisse par nous la mettre en couple avec Will. Ces deux-là ensemble, ça va pas être possible pour moi.
S'il y a bien une chose que je regrette dans Glee, c'est ce que le personnage de Sue est devenu. Elle a pendant longtemps été l'atout numéro 1 de la série, aujourd'hui elle m'agaçe à chacune de ses apparitions à l'écran. D'autant plus ici où sa présence est complètement inutile. Jane Lynch ne mérite pas ça. Je préfère encore les scènes des Warblers à celles de Sue, c'est dire ! Pourtant, c'était difficile de les regarder chanter "Animal" devant toutes ces filles, prestation pendant laquelle Kurt était des plus ridicules. Quant à Blaine, les scénaristes ont tendance à lui donner trop d'importance, on le voit un peu trop souvent.

Je l'attendais avec impatience cet épisode avec des chansons originales. Et en plus, c'est celui des Regionals. Passage obligatoire pour atteindre les Nationals, je ne devais pas être le seul à me douter que les New Directions allaient remporter la victoire. Puis les faire perdre deux fois de suite, ça aurait été cruel et surtout, à quoi aurait servi la suite de la saison ? Le but depuis le season premiere, ce sont les Nationals. Il n'y aurait eu aucun intérêt à nous en parler pendant 15 épisodes pour ne pas aller jusque là. S'ils avaient perdu, on se serait sûrement bien fait chier pendant les 6 épisodes restants.
Il ne fait aucun doute que proposer leurs propres chansons est la principale raison de leur victoire mais sérieusement au début, j'ai eu peur. Les premières chansons étaient vraiment mauvaises. "Hell To The No" de Mercedes est la seule un minimum potable. "Trouty Mouth" et "Big Ass Heart", je vais vite les oublier. Heureusement au final, ils se sont très bien débrouillés. On peut souvent reprocher à Rachel d'être insupportable, on ne peut rien lui reprocher niveau chant. Elle a partfaitement interprété "Get It Right" et la chanson en elle-même est assez sympa. "Loser Like Me", elle, est excellente. Bien rythmée comme il faut. C'est tout de même dommage que la mise en scène était aussi simpliste. J'aurai aimé quelque chose de plus grand et de plus recherché.
Quand on voit ce qu'ont proposé Aural Intensity et les Warblers, on se dit que la victoire des New Directions est méritée. Si la chorale dirigée par Sue a proposé une bonne mise en scène, on ne peut pas en dire autant de la chanson. Le coup de poing que Sue donne à celle qui a donné les résultats à la fin, c'était énorme. Du côté des Warblers, il y a enfin quelqu'un qui se rend compte qu'il s'agit plus de Blaine et ses choristes que d'une chorale, j'ai nommé Kurt. Et il a raison. Pourquoi c'est Blaine qui aurait droit à tous les solos ? Il n'est pas le seul parmi les Warblers à savoir chanter. Il aura donc fallu attendre qu'on lui fasse la remarque pour qu'il propose à Kurt de faire un duo, duo qui aurait pu être plus émouvant qu'il ne l'était. Blaine s'est quand même gardé un solo sur "Raise Your Glass", évidemment. C'était pas mal, sans plus. Pas assez pour gagner. Je me demande maintenant à quoi ils vont bien pouvoir servir, ces Warblers. La seule histoire qui m'intéresse désormais chez eux, c'est le couple Blaine/Kurt. Depuis le temps que j'attendais qu'ils s'embrassent, c'est désormais chose faite. J'ai hâte de voir comment tout ça va évoluer.

Deux épisodes avec pas mal de défauts mais deux épisodes tout de même sympathiques. Je ne me suis pas ennuyé et j'ai pris du plaisir à les regarder, c'est le principal. Ils ne se sont pas planté concernant les chansons originales, les scénaristes devraient peut-être penser à prendre plus souvent des risques.

16 juin 2011

Teen Wolf [Pilot] : Wolf Moon

teenwolf

"Scott McCall est un adolescent tout ce qu'il y a de plus ordinaire. Il n'est pas le plus populaire de son lycée, il n'en est pas la risée non plus... Un soir, son meilleur ami Stiles le convainc de suivre en cachette les recherches de la police pour retrouver un corps dans les bois alentours. Au cours de cette expédition, il se retrouve nez à nez avec une bête étrange et particulièrement féroce. Il réchappe de peu à cette attaque et, chanceux, avec une seule blessure: une vilaine morsure. Le lendemain, Scott se sent bizarre. Sans qu'il le sache encore, sa vie vient de changer. Il est devenu un loup-garou."

 

C'est toujours difficile de trouver de bonnes séries diffusées l'été. Et c'est certainement pas avec Teen Wolf que j'en aurai trouvé une. Je n'attendais pas grand chose de ce pilot, heureseument ! Si j'en avais attendu quelque chose, je n'aurai certainement pas dépassé la moitié de l'épisode. J'ai vite compris qu'il fallait prendre cette nouvelle série comme une comédie. Parce-que j'ai beaucoup souri pendant ces 40 minutes, j'ai parfois même ri. Comment ne pas se marrer devant des lignes de dialogue aussi ridicules ? Comment ne pas se marrer devant un casting aussi talentueux ? Le pire dans tout ça, c'est que du coup, je me suis pas ennuyé devant ce pilot. La preuve qu'être bon public ça peut être à la fois une qualité et un défaut. En l'occurence ici, c'est un défaut. Il faut avouer que c'est sympa de se poser devant une série qui ne nous fera pas réfléchir mais qui servira seulement à se détendre. C'est aussi ça que je recherche quand je me pose devant un épisode. Teen Wolf ne me servira qu'à ça cet été, c'est pas plus mal au final.

Le problème majeur qui se pose dans ce pilot, c'est que malgré un pitch de départ qui n'est pas des plus mauvais, c'est bourré de clichés. Rien n'est original, tout est prévisible et en plus, c'est mal joué. Et comme si ça ne suffisait pas, on nous parle d'un sport très connu dans le monde : la crosse ! Sérieusement, qui peut bien s'intéresser à ce sport ?
C'est certainement pas avec tout ça que MTV va garder ses téléspectateurs au fil de la saison... Ah mais attendez, c'est vrai. Ils ont trouvé le truc pour garder leur jeune public (principalement les jeunes adolescentes) : nous montrer le beau torse imberbe du héros une scène sur deux (et encore, je suis gentil).

Le casting ne pourra malheureusement pas essayer de rattraper un minimum tous ces défauts. Il en est un lui-même. J'ai eu beau chercher un peu de talent chez chacun d'eux, c'est peine perdue. Ils n'en ont pas. Difficile dans ces cas-là d'accrocher aux personnages. Ils ne sont déjà pas très intéressants comme ça alors en plus si on leur donne de mauvais interprètes... Le meilleur ami du héros est un peu trop insupportable. D'ailleurs, celui-ci n'a pas l'air d'être sous le choc en apprenant que Scott est un loup-garou... La nouvelle passe comme une lettre à La Poste. Il y a deux filles aussi, l'une qui sort avec le mec populaire, et l'autre fraîchement arrivée en ville qui va vite tomber sous le charme du nouveau loup-garou. Oui, beaucoup de clichés je vous avait dit. Et je suis gentil, j'évite de tous vous les énumérer. On n'oublie pas le loup-garou qui a de l'expérience (interprété par Tyler Hoechlin) qui aidera sans aucun doute Scott à accepter sa nouvelle condition de loup-garou, et une bande de chasseurs qui leur causeront quelques soucis. Certainement la seule intrigue qui pourrait avoir un minimum d'intérêt.

Finalement, malgré tous ses défauts, ce pilot reste tout de même regardable si on le prend au je-ne-sais combientième degré et si on ne cherche pas de la qualité. Le guilty pleasure parfait pour l'été (à regarder en buvant l'apéro quand même, ça passera mieux).

09 mars 2011

Parenthood [2.11 - 2.12 - 2.13]

parenthood

Damage Control - Meet The New Boss - Opening Night

 

J'en ai un peu honte mais j'ai un peu abandonné les Braverman depuis quelques temps. Pas que je le voulais mais ayant cumulé du retard sur les reviews, j'ai laissé les épisodes de côté. Et comme je meurs d'impatience de retrouver cette sympathique famille, ce sera une review 3 en 1 histoire de gagner du temps. Je remarque qu'à chaque fois, ce sont les intrigues de Crosby qui m'intéressent le moins et le personnage me laisse plutôt indifférent. J'accroche pas vraiment à ce qui lui arrive, que ce soit lorsqu'il est dépassé par les petites crises de Jabbar ou à son histoire de spectacle à l'école auquel Jabbar ne veut plus participer. J'aime la simplicité des intrigues de la série mais c'est parfois aussi son défaut, certaines intrigues sont beaucoup trop simples. La pire étant les rouleaux de papier cadeau que doit vendre Drew. Puis quelle idée de ne pas les vendre avant Noël aussi... Enfin, je ne vais pas trop me plaindre parce-que Drew apparaît beaucoup plus à l'écran qu'auparavant et ça, ça me fait plaisir. Je l'avais souvent reproché d'ailleurs qu'on ne le voyait jamais. C'est l'un des plus gros problèmes qu'on peut rencontrer lorsqu'il y a autant de personnages, on est obligé d'en laisser en arrière-plan. J'ose penser que les apparitions de Drew ne s'arrêteront pas maintenant puisqu'on évoque de nouveau son père. Là c'est sûr, il n'y a plus de doute, son arrivée est pour bientôt. En tout cas Sarah s'excite pour beaucoup. Il n'a bu qu'une bière, pas un fut complet. Puis j'aimerai qu'elle arrête de pleurer aussi. Elle le fait à chaque épisode depuis le début de la série, ça en est devenu soûlant. Ou qu'elle arrête de toujours se disputer avec Amber, comme c'est une nouvelle fois le cas lorsqu'Amber répète pour chanter dans un bar. Bon, Sarah a quand même pris une bonne décision : ne plus rencontrer de garçon. Il était temps j'ai envie de dire ! Je ne sais pas combien de temps ça va durer mais même si ce n'est pas longtemps, c'est déjà ça de pris. Je préfère la voir dans son rôle de mère que je trouve beaucoup plus intéressant. Son rôle de soeur ne me déplaît pas non plus, au contraire. Son duo avec Julia était très bon. Cette dernière doit par ailleurs, avec Joel, expliquer à Sydney ce qu'est la mort et ils ont eu l'intelligence de lui dire la vérité tout en se posant la question sur le Paradis. Difficile de parler de Paradis lorsque l'on n'est pas croyant mais croire à une vie après la mort s'avère rassurant et réconfortant. A un enfant, il est peut-être préférable de l'évoquer.

J'en viens à ce qui m'a le plus plu : l'intrigue d'Haddie, très réussie. Elle présente Alex à ses parents et malgré que tout se soit bien passé pendant le dîner, Kristina et Adam ont du mal à accepter le fait qu'elle sorte avec un garçon plus vieux qu'elle et surtout avec un garçon qui était alcoolique. Leur réaction est compréhensible mais l'hypocrisie dont ils ont fait preuve l'est moins. Je les ai trouvé détestables sur le coup. C'est dommage qu'ils veuillent les séparer, ils forment un joli petit couple. Et on voit très bien que les problèmes qu'a rencontrés Alex font partis du passé mais c'est vrai que vu comme il en a bavé, ça peut faire peur... Quoi qu'il en soit, ce n'est pas parce-qu'ils ne veulent plus qu'Haddie voit Alex qu'elle ne le verra plus, c'est évident. J'aurai tout de même cru qu'elle se serait montrée honnête envers lui et lui aurait dit la vérité. La suite se serait peut-être mieux déroulée si ça avait été le cas puisqu'au final, tout le monde découvre qu'elle a menti et Alex décide de la quitter. J'aurai préféré que ça continue mais sa décision n'est pas étonnante. Ce qui est sûr, c'est qu'Haddie ne pardonnera pas de sitôt à ses parents et préfère aller vivre chez ses grands-parents. A côté de ça, Adam doit aussi gérer son nouveau patron qui n'a pas l'air de s'y connaître pour faire tourner une société. Rien de très passionnant.

De la simplicité, de la justesse, de l'émotion, du drama... Que demander de plus ? Les quelques défauts n'enlèvent rien à la sympathie du show.